Les Enfants Fument et Boivent; la Loi Haïtienne Reste Floue

Un texte de loi sur qui visait à interdire la vente d’alcool aux mineurs se retrouve dans les tiroirs du parlement depuis 2012. Voté par les sénateurs, le texte n'a pas retenu l'attention des députés.

En 2014, plus de 3 écoliers sur 10 ont déjà consommé de l'alcool, d'après une enquête de la CONALD. Crédit photo: BET

La vie de Duckens Dorestant a basculé lorsqu’il a reçu les résultats de son examen de neuvième année fondamentale en 2015. C'était un verdict d'échec. Accablé par les critiques de ses parents, il a pris une décision radicale. ‘’J’ai eu recours à l'alcool pour noyer mon chagrin et essayer de surmonter ce moment difficile", se souvient-il.


Boire de l’alcool était devenu une habitude bien ancrée chez le jeune homme qui avait alors 17 ans. Et son cas n’est pas unique. Plus de 3 élèves sur 10 ont probablement consommé de l'alcool pour la première fois au cours d'une année, d'après une enquête conduite en 2014 par la Commission Nationale de Lutte contre la Drogue (CONALD).


La consommation de cigarettes, a observé la CONALD, est aussi fréquente à un taux 12.1% chez les jeunes écoliers. D’ailleurs, certains d’entre eux pensent que ce n’est pas une mauvaise chose.


Carence de Loi

De nombreux gouvernements ont pris des initiatives pour restreindre l'accès des mineurs à l'alcool. En France, par exemple, une personne qui vend ou qui offre des boissons alcoolisées à des mineurs s'expose à une peine de 7 500 euros (80 mille gourdes environ).


Haïti a ratifié en 1995 la Convention Internationale relative aux Droits de l'Enfant qui lui fait obligation d'abolir les pratiques préjudiciables à la santé des enfants, certes. Aussi, le décret du 20 mai 1940 interdit-il l'entrée de certains lieux publics dont ceux de débit d'alcool aux mineurs de moins de 16 ans. Mais jusqu'à présent, il n’existe aucune loi en Haïti qui empêcherait un mineur de s’acheter de l’alcool ou de la cigarette.


En 2012, le sénat a voté un projet de loi pour protéger les mineurs par rapport à l'alcool et aux boissons alcoolisées. Le texte considère la vente de ces substances à un mineur comme un délit. Il prévoit une sanction de 100 mille gourdes et une peine allant d'un à six mois d'emprisonnement au coupable. De plus, l'article 12 oblige à tout vendeur d'exiger la Carte d’Identification Nationale (CIN) d'un enfant-acheteur pour prouver son âge réel.

Des sénateurs et députés en séance au parlement Haïtien. Crédit photo: Challenges

Négligence des Parlementaires

Mais ce texte est toujours resté dans les tiroirs du parlement. Il n’a jamais obtenu le vote des députés pour être ensuite promulgué par le président de la République pour qu’il soit devenu loi. Cela dit, protéger les enfants n'est pas la priorité des parlementaires.


‘’Il n'y avait pas d'initiative interne dans le sens où la Chambre avait mobilisé des moyens pour faire passer cette loi,’’ confesse Déus Deroneth, investi comme député de Marigot en 2017. ‘’S'il y a eu des démarches, elles étaient antérieures à mon arrivée au Parlement.’’


L’ancien parlementaire n’a pas condamné la paresse de ses pairs. Il partage plutôt les responsabilités. ‘’Pour une telle loi, l'on devrait trouver des groupes d'intérêt comme le secteur de la protection de l'enfance avec des institutions telles l'Office de Protection du Citoyen, l'Institut de Bien-être Social et de Recherches, qui l'appuieraient et feraient pression sur les députés afin qu'elle soit votée.’’


Complicité des Parents

Il semble que cela ne choque pas grand monde de voir des enfants fumer et boire en plein jour. Certains parents sont même très ouverts avec leurs progénitures sur la consommation de l'alcool, affirme Dr. Phaidra Laraque, psychologue spécialisée dans l'addiction et la toxicomanie. ‘’Il y a toujours eu ça. Mais, depuis quelques années, je remarque une plus grande tolérance pour la consommation chez les adolescents. Ce qui peut expliquer que certains expérimentent de l'alcool beaucoup plus tôt.’’


L’influence vient aussi du fait que certains parents envoient les enfants acheter de l’alcool et de la cigarette dans les boutiques ou les barques de commerçants. Mackenley Prenord en a fait l'expérience dès l'âge de 14 ans. ‘’J'habitais dans un grand "Lakou". N'importe quel adulte pouvait t'envoyer acheter ce genre de produits. D'ailleurs, tu ne pouvais pas désobéir puisque tout le monde connaissait tout le monde’’, raconte-il.


‘’On peut assister à une vaste exploitation des jeunes méconnaissant les conséquences de la consommation d'alcool et de la cigarette,’’ déclare Me. Darlene Blaise, avocate qui collabore à titre de consultante avec la fondation Zanmi Timoun. Et face à cette carence d’instrument légal, elle déclare: ‘’Les magistrats n'ont pas de base pour asseoir leurs décisions. Les commerçants n'ont pas de contraintes légales sauf morale.’’


Lenord Emilcar vend de la cigarette et du clairin depuis près de huit ans à Bois-Moquette, un quartier surpeuplé de Pétion-Ville. Sa clientèle comprend des personnes de tout âge. “J’ai déjà vendu du clairin et de la cigarette à des enfants,’’ avoue-t-il. “Même si je ne peux pas dire si c'est pour eux ou quelqu'un d'autre. Parfois, certains d'entre eux consomment leur breuvage devant la barque.’’


Les publicités pour le tabac et l’alcool précisent généralement que ces produits sont interdits aux enfants. Sur le paquet de cigarette Comme il Faut, par exemple, se lit ‘’Vente interdite aux mineurs''. Mais cela ne dissuade pas Emilcar dans ses transactions avec des acheteurs de moins de 18 ans. Sauf qu'il raisonne: ‘’Si j'avais des enfants, je ne les laisserais pas fumer de la cigarette.’’


Le paquet de cigarette Comme Il Faut indique ''Vente interdite aux mineurs''.

Conséquences à Long Terme

Un accès précoce à l’alcool est dommageable pour la santé des enfants, avertit Dr. Laraque L'alcool et la cigarette sont également des facteurs de risque de plusieurs cancers dont celui du foie. ‘’La cigarette est l'une des drogues dont il est très difficile d'arrêter la consommation, surtout parce qu'elle est légale que l'on n'a pas à se cacher pour la consommer’’, explique Dr Laraque.


Selon une étude publiée en 2018, 66 personnes 100 qui expérimentent la cigarette deviendront des fumeurs réguliers. Les personnes qui développent une addiction au tabac éprouvent bien des difficultés pour s’en libérer.


Prenord mène une vie de fumeur depuis presque dix ans. Aujourd’hui, 23 ans, il trouve son plaisir dans la marijuana. ‘’Cela me donne aussi une dimension spirituelle. Je comprends des choses que je ne pourrais pas si je ne fumais pas.’’


L’alcool n’a pas quitté Dorestant depuis qu’il en a goûté à l'âge d'adolescence, même si cette habitude reste controversée dans sa famille. ‘’Ma mère est souvent très remontée contre moi. Pour mon père, même s'il n'est pas d'accord, il ne me dit rien sur ce sujet.’’



Obed Lamy a aussi contribué à ce reportage

Posts récents

Voir tout

Partenaires

Inscrivez vous à notre newsletter

  • 2
  • 3
  • 5
  • 8
  • 9

Enfo Sitwayen 2020

1

Describe your image